Mathieu, diplômé de l’IEP de Lille : “Etre volontaire à Unis-Cité m’a sorti de mon milieu étudiant”

mathieu-témoignage-service-civique
Témoignage

Diplômé de l’IEP de Lille, Mathieu, 24 ans, a fait son Service Civique au seine de l’association Unis-Cité à Lens. Il s’est engagé sur deux missions des missions de Service Civique proposées par Unis-Cité dans cette ville : l’une, Mediaterre, vise à sensibiliser des personnes habitant en logement social aux économies d’énergie et aux éco-gestes, l’autre, Familles en harmonie, consiste à accompagner des enfants et des adultes en situation de handicap lors des sorties culturelles.
Pourquoi vous êtes-vous engagé en Service Civique ? 
“Je venais de finir mes études à Sciences Po à Lille et j’ai trouvé qu’il me manquait une expérience dans mon parcours qui relève d’un engagement associatif. J’avais envie de travailler en groupe autour d’un projet de solidarité avec des gens qui me sortent de mon milieu étudiant où l’on reste souvent entre soi. J’avais envie de changer de cadre et aussi de me rendre utile.”
Comment êtes-vous devenu volontaire ?
“Ca s’est fait par le bouche à oreilles. J’ai entendu parler de l’Agence du Service Civique, je me suis renseigné, j’ai été sur le site. Ce qui m’intéressait, c’était le domaine solidarité. J’ai découvert l’association Unis-Cité qui est présente sur toute la France et en particulier à Lens, proche de Lievin où j’habite. J’ai postulé et j’ai suivi la procédure de recrutement : une séance d’information, un entretien collectif avec une mise en situation (en l’occurrence il s’agissait d’organiser un goûter pour des personnes âgées) et un entretien individuel. Environ un tiers des candidats a été retenu.”
Quel bilan tirez-vous de cette expérience ? 
“Depuis six mois j’ai d’abord beaucoup appris sur moi-même. J’ai appris à faire preuve de patience, de diplomatie, à me mettre à la place des autres. J’ai aussi appris à travailler en équipe. Et puis, grâce à certaines rencontres, j’ai appris à prendre du recul sur mes propres difficultés. Pendant mes études j’étais dans le monde des idées. Là, je suis vraiment sur terre. Au départ, je voyais cette expérience comme une simple parenthèse, une façon de valoriser mon CV. Aujourd’hui, si je ne réussis pas la sélection pour devenir officier dans l’armée de Terre, fonction que je vise, je pense m’engager dans l’associatif. J’y ai découvert de vrais métiers, des métiers qui ne s’improvisent pas, qui exigent de la polyvalence et du savoir-faire.”

Propos recueillis par Emmanuel Vaillant
Mars 2012. Source : http://www.letudiant.fr/