Tout sur Unis-cité au quotidien
22
Juin
2016

Rencontre avec…

Unis-Cité
Un des ambassadeurs est allé à la rencontre des volontaires Booster de Bondy en Seine Saint-Denis. L' Interview de deux volontaires et la découverte de leurs missions sur le terrain.
Rencontre avec…

 

Le 8 Mars 2016, je me décide à aller sur le terrain rencontrer les volontaires Booster de Bondy (93). Ce jour-là, ils sont en mission de sensibilisation dans une école primaire de Créteil. J’ai rencontré Ailin, une jeune volontaire en Service Civique de 17 ans. Elle s’était orientée vers un CAP mode dans un lycée à Paris qu’elle n’a pas obtenu.

En situation de décrochage scolaire, elle se rend lors dans un centre d’information et d’orientation où elle entend parler pour la toute première fois d’Unis-Cité et de sa mission Booster, une mission de lutte contre le décrochage scolaire.

Je lui demande de me parler de son Service Civique et de sa mission de sensibilisation au handicap auprès des enfants. Elle me dit sincèrement: « Je n’étais pas réellement motivée à la base… Maintenant ça va ! Je ne pensais pas avoir une chance. Maintenant ça me plait ! J’aime être avec les enfants, ce n’est pas trop prise de tête! ».

Ailin me confie que le choix de reprendre ses études a été influencé par la mission de terrain qu’offrait le programme Booster. Elle avait réellement besoin d’avoir plus de temps en dehors de sa scolarité pour réfléchir sur son avenir.

Et lorsque je lui demande ce que tout cela lui a apporté dans sa vie, Ailin me parle des compétences qu’elle développe auprès des enfants et des personnes en situation de handicap moteur de l’Association des Paralysés de France (APF), de l’esprit d’équipe et de la différence des profils des volontaires qu’elle apprécie :

« Ce n’est pas parce que parce que je n’ai pas de diplômes que je dois me sentir différent des diplômés de mon équipe, ou bien qu’ils doivent se sentir différents de moi. Moi aussi j’ai l’intention d’avoir un diplôme ! »

Mais surtout c’est son regard sur les personnes en situation de handicap qui a réellement changé: « J’ai une autre  vision des personnes en situation de handicap. Lors de mon premier repas à l’APF, j’étais hyper gênée ! Maintenant je suis plus à l’aise, j’arrive plus à les comprendre. C’est vraiment plus facile pour moi de communiquer avec eux ».

A coté d’elle, Nicolas 24 ans fait également partie de l’équipe. Il a une licence en mathématiques ainsi qu’un master en éducation et formation. Ne souhaitant plus devenir professeur mais ayant apprécié les projets en équipe durant sa formation, c’est tout naturellement qu’il pousse les portes du Service Civique à Unis-Cité.

« Je me sens à l’aise pour trouver par moi-même les actions susceptibles à réaliser pour avancer, ce qui n’est pas le cas de certains jeunes en mission, qui ont parfois besoin de plus de travail de terrain que de conception et de préparation… C’est pourquoi je m’efforce d’organiser et de répartir le travail à faire de telle sorte que chacun puisse contribuer et se sentir utile dans le projet. Ce qui n’est pas toujours facile ! ».

Il m’explique que le partage avec son équipe lui apporte l’élan et la motivation pour continuer sans cesse à se dépasser:  » tout seul, on va plus vite mais ensemble, on va plus loin !  » affirme Nicolas.

« Ce que j’aime par dessus tout, c’est constater comment l’idée de diversité et de mixité sociale s’applique dans cette mission: des jeunes majeurs ayant fait des études et des mineurs en décrochage scolaire qui travaille ensemble dans l’association au contact de personnes en situation handicap pour élaborer des outils de sensibilisation auprès d’enfants de 8 à 12 ans…autant de rencontres et de mélanges qui permettent d’ouvrir nos esprits et d’accueillir la différence ! Je me sens inspiré de participer à la cohésion de la société ! »

Nicolas a plein de projets en tête. Il pense à partir à l’étranger pour de nouvelles aventures.

Comme quoi, on repart réellement du bon pied après un Service Civique.

Unis-Cité