Tout sur Unis-cité au quotidien
20
Octobre

Rencontrez les nouvelles ambassadrices d’Unis-Cité : Clémentine et Farah !

Unis-Cité
Rencontrez les nouvelles ambassadrices d’Unis-Cité : Clémentine et Farah !

L’une a grandi au Mans, l’autre, venue de l’enclave espagnole de Melilla au Maroc, dans un quartier sensible de Marseille. Après leur Service Civique avec Unis-Cité, elles ont voulu participer au développement d’un dispositif qui les a fait grandir et améliore l’égalité des chances…

Clémentine : ambassadrice pour défendre le Service Civique !

« J’ai 25 ans. J’ai grandi au Mans, où j’ai fait des études de langues. C’est en adoptant trois rats dans un refuge pendant mon master recherche en littérature anglaise à Farmington (Maine, USA) qu’un projet m’est venu. Et l’an dernier j’ai rejoint la promotion Rêve & Réalise d’Unis-Cité Rennes, avec comme but de monter la “Maison de l’Animal“ pour lutter contre l’abandon, la maltraitance et la négligence des animaux domestiques, par l’accompagnement des adoptants.

Je suis venue dans ce programme de Service Civique pour faire un bond en avant dans la conception de mon projet, mais le programme m’a apporté bien plus que cela. C’est la première fois que j’ai été recrutée sur ma motivation plus que pour mon CV et mes diplômes : je n’ai pas dû mettre en avant ce que je valais, mais dévoiler qui j’étais. C’est aussi cette année là où j’ai eu l’impression de rencontrer une véritable diversité, plus encore que pendant mes voyages dans plus de 10 pays. Même quand on change souvent d’école, comme moi, c’est partout pareil : on croise les mêmes groupes avec les mêmes profils. Grâce à Unis-Cité, j’ai rencontré des gens avec lesquels je n’aurais jamais travaillé car nous n’avons ni les mêmes études, ni les mêmes centres d’intérêts, ni les mêmes façons de fonctionner. Si c’est de prime abord une découverte, puis une nécessité de s’adapter à l’autre pour réussir nos objectifs communs, ça devient rapidement une expérience enrichissante qui vient remettre en question nos valeurs morales et sème les graines d’une société plus tolérante.

J’ai voulu devenir ambassadrice pour défendre le Service Civique afin que d’autres puissent comme moi consacrer un an pour un projet solidaire qui leur tient à cœur, tout en ayant la possibilité d’expérimenter et de tester dans un cadre sécurisant. En tant que jeune diplômée, je voudrais aussi valoriser le Service Civique aux yeux des autres jeunes diplômés, afin qu’il ne soit pas perçu comme un plan B avant l’emploi, mais bien comme une étape citoyenne permettant de développer des nouvelles compétences, souvent plus humaines et qu’on n’acquiert pas sur les bancs de la fac. Pour qu’ils puissent accéder à ce dispositif, je souhaite trouver des solutions pour que les moyens financiers et matériels soient adaptés à leurs besoins et qu’ils puissent le considérer comme une étape de vie essentielle.

Devenir ambassadrice me permet à la fois de porter les valeurs du Service Civique, d’acquérir des compétences et de rencontrer des personnes passionnantes qui m’apporteront un réel enrichissement au niveau professionnel. J’hésite encore pour l’an prochain entre faire un volontariat européen, poursuivre mon projet Rêve & Réalise ou travailler dans l’édition. Pour le moment, je me consacre uniquement au présent afin de profiter pleinement de cette année qui sera riche de rencontres, de challenges et de complicité avec mon binôme ».

 

Farah : Ambassadrice pour promouvoir l’égalité des chances !

« J’ai 22 ans. Je suis née à Melilla, une enclave espagnole au Maroc. J’habite à Marseille depuis mes 2 ans. Avant mon Service Civique à Unis-Cité, j’ai obtenu le BTS MUC (Management des Unités Commerciales), mais j’ai voulu faire une pause pour me retrouver puisque je sentais que la filière commerciale n’était pas ce que je cherchais. C’est une amie qui m’a parlé du Service Civique et j’ai décidé de tenter l’expérience.

J’étais assez perdue mais peu à peu, grâce au Service Civique, j’ai repris espoir. J’étais déjà plongée dans l’univers du social grâce aux maraudes que l’on organisait avec des amis depuis 3 ans. Cependant je n’avais jamais collaboré avec des associations. Nous la jeunesse des banlieues on a tendance à nous catégoriser, comme si on ne faisait pas partie intégrante de la société… Mais ce qui m’animait, moi, c’était de me sentir utile, d’être actrice et non pas spectatrice de cette société !

Mon Service Civique m’a permis de concilier utilité et responsabilité, et j’ai acquis plusieurs compétences nouvelles. Mais ce qui m’a marquée le plus c’est de me découvrir. Mon engagement citoyen avait commencé bien avant, mais le Service Civique m’a apporté bien plus, je dirais une implication quotidienne en tant que citoyenne. Cette expérience m’a enrichie et m’a redonné confiance en moi, que ce soit professionnellement ou personnellement, et c’est tout naturellement que j’ai voulu poursuivre l’aventure Unis-Cité, afin de porter ma voix et mon vécu.

Mon engagement d’Ambassadrice me permet de porter cette cause qui me tient à cœur et que je partage avec mon ancienne coordinatrice d’équipe à Unis-Cité, Myriam Aouini : soutenir la jeunesse issue des quartiers, une jeunesse qui n’est pas spectatrice de ce qui se passe, mais qui a son mot à dire, une jeunesse d’avenir, et tout simplement une jeunesse active sur tous les plans.

Je souhaite également m’exprimer sur le Service Civique et son importance, surtout en parlant de mon parcours qui peut inspirer plus d’un jeune… Mes valeurs rejoignent ce que prône l’association Unis-Cité, la diversité, le vivre-ensemble ainsi que l’égalité des chances, avec la croyance dans le potentiel de chaque jeune, peu importe d’où il vient !

Un échange avec Serge Pizzo le vice-président d’Unis-Cité Méditerranée m’a particulièrement marquée. Il m’a dit : « je veux qu’à la fin de son Service Civique chaque jeune soit capable d’assumer ses opinions, mais surtout de les défendre avec conviction ».

C’est aujourd’hui mon but à moi, je voudrais que les jeunes se disent en voyant mon expérience : « Trop COOL ! Pourquoi pas moi ! »

Unis-Cité