François Blanchard, maire adjoint de Poitiers en charge de la Jeunesse

Interview

 

Pourquoi la municipalité a-t-elle soutenu le FOREJE qui a eu lieu fin août, sur le campus de l’université de Poitiers ?

Nous avons voulu valoriser l’action des structures organisatrices, très présentes sur notre territoire, d’autant que l’événement, réunissant près d’un millier de jeunes sur le thème de la démocratie, était très intéressant. Repenser nos pratiques en matière de démocratie et concrétiser la soif d’engagement des jeunes, nous voulons construire là-dessus pour l’avenir, avec l’ensemble des structures concernées, et mener des actions qui prennent la suite de ces 2 journées.

 

Les jeunes ont-ils, selon votre expérience de terrain, de plus en plus envie de s’engager et de participer à la vie de la Cité ?

Ils ont cette soif, réellement. Et ils ont envie d’être considérés, de pouvoir donner leur avis. Mais ils ont à la fois besoin de nouvelles formes d’engagement, comme le Service civique, et d’une meilleure information. Nous sommes d’ailleurs en train de lancer une initiative avec le CRIJ pour améliorer l’information et nous faisons participer des jeunes à cette initiative. Les volontaires d’Unis-Cité Poitiers sont, dans ce cadre, venus me présenter leur travail très intéressant basé sur la communication de pairs à pairs, à base de clips vidéo qu’ils ont créés et diffusent sur les réseaux sociaux.

 

Qu’est-ce que le Service Civique apporte de nouveau dans le domaine de l’engagement des jeunes ?

Depuis 4 ans la mairie de Poitiers est partie prenante en propre dans le dispositif, avec aujourd’hui 10 jeunes en Service Civique. J’ai moi-même été volontaire, il y a 2 ans, et je connais la force de ce format qui constitue une immersion de plusieurs mois dans une (ou plusieurs) mission utile. Le jeune y gagne à la fois d’être considéré et valorisé, ce qui est important, et d’être accompagné pour accomplir sa mission et pour préparer son avenir. Quant à Unis-Cité, je retiens que cette association accueille beaucoup de jeunes, laisse la place au projet de chacun, et recrute dans la diversité, ce qui permet un enrichissement mutuel et casse les aprioris.