Tout sur Unis-cité au quotidien
20
Mars

Tribune : Quand des jeunes engagés réinventent les ciné-clubs !

Unis-Cité
Une tribune de Frédérique Bredin, Présidente du CNC et Marie Trellu-Kane, Présidente d’Unis-Cité

 

 

 

Le 20 mars prochain, au grand Rex, 1000 jeunes engagés en Service Civique, seront réunis pour lancer la nouvelle promotion du programme des « volontaires Cinéma et Citoyenneté ». Pour Frédérique Bredin, Présidente du CNC et Marie Trellu-Kane, Présidente d’Unis-Cité, à l’origine du programme, le cinéma et l’engagement des jeunes vont de pair.

Pour Christophe  jeune volontaire en Service Civique à Toulouse, « la mission Cinéma & Citoyenneté est une expérience où la rencontre et l’esprit critique s’entremêlent. » Comment mieux résumer l’ambition de ce programme initié il y a maintenant 3 ans ?

Partout en France, près de 1000 jeunes ont choisi de consacrer leurs 6 à 8 mois de service civique pour organiser et animer  des projections de films suivies de débats entre jeunes dans les lycées, les Centres de formation d’apprentis (CFA) et les collèges autour de chez eux. Les films, une trentaine, allant de « Billy Elliot » de Stephen Daldry à « Habemus Papam » de Nanni Moretti en passant par « Timbuktu » d’Abderrahmane Sissako, permettent de partager des instants de cinéma et d’ouverture sur le monde et d’encourager, autour de films, le dialogue citoyen entre jeunes. Les questions d’égalité femmes-hommes, d’addictions, de racisme ou encore de religions… tous les sujets sont abordés sans tabou autour du cinéma. Tout cela fonctionne, avant tout parce que la mission permet  un échange de « pairs à pairs » entre jeunes d’âges similaires qui osent partager des points de vue et des sentiments qu’ils n’oseraient jamais partager sinon. Avec ce programme, le CNC, Unis-Cité, et les régions qui les accompagnent parient sur la capacité des jeunes de débattre entre eux, autour de films, d’aiguiser ensemble leur esprit critique, en confrontant leurs idées, et de croiser leurs sensibilités en partageant leurs émotions aussi.

 

Âgés de 16 à 25 ans, les jeunes engagés en service civique ont des parcours et des projets de vie très variés. Ils ont tous reçus une formation par des Pôles Régionaux d’éducation à l’image, une formation à l’animation de débats, et sont encadrés au quotidien par des coordinateurs d’Unis-Cité, avec le soutien de nombreux partenaires de terrain. Le point commun de tous ces jeunes ? Ils ont choisi de vivre une expérience collective unique entre jeunes de tous milieux et de tous niveaux d’étude, et de redonner le goût de l’image, du cinéma, et du débat citoyen à d’autres jeunes. Un défi de taille, notamment pour ceux parmi eux qui ont eu bien des problèmes sur les bancs de l’école…

 

Cette mission est une manière comme en témoigne Sophonie, volontaire en Val d’Oise de « gagner petit  à petit confiance et assurance et aussi d’avoir un impact réel sur d’autres jeunes ». C’est aussi l’occasion de renforcer la culture cinématographique des jeunes. Sébastien, volontaire en Seine-et-Marne, affirme : « j’aime les films que l’on projette, car j’avais beaucoup d’a priori, et lors du premier visionnage, je me disais qu’il allait être compliqué de travailler sur des films que je n’aimais pas. Mais finalement je me rends compte que cela a considérablement amélioré ma culture et fait tomber mes préjugés. Et finalement, ayant vécu cela, ça me donne encore plus envie de montrer tous ces films aux élèves et leur faire découvrir cette culture comme je l’ai découverte. »

 

Si ce programme a été possible, c’est grâce à une alliance innovante entre un organisme public, le CNC et l’association pionnière du Service Civique, Unis-Cité, avec le soutien de l’Etat qui assure, dans le cadre du « service civique », les indemnités et la couverture sociale des jeunes engagés. Les régions , comme Ile-de-France, Haut-de-France, ou Bourgogne Franche Comté, prennent peu à peu le relais. La mobilisation de toutes sera nécessaire pour couvrir à terme l’ensemble des lycées du pays et permettre chaque année à davantage de jeunes de s’engager ainsi pour développer le goût du cinéma et du débat partout en France.

L’ambition est le maître mot de notre action : nous avons souhaité, dès le départ, proposer un programme national, pour aller dans l’ensemble des territoires, au plus près des jeunes, y compris dans nos quartiers les plus en difficulté et dans nos zones rurales. Près de 2000 jeunes ont d’ores et déjà été mobilisés depuis le lancement du programme en 2015 sur 40 départements et 150 villes. Ces jeunes engagés, issus eux-mêmes tant des quartiers prioritaires de la politique de la ville que de nos quartiers favorisés, bac-5 comme bac+5, passionnés de cinéma ou pas, ont organisé 5 400 séances de ciné-club en établissements scolaires auprès de 100.000 élèves qui en ont bénéficié.

Le témoignage de Mélanie, jeune volontaire à Toulon, nous encourage à l’optimisme : « au cours de mon service civique, j’ai repris goût au cinéma et je suis trop heureuse, ça me fait du bien. La mission me donne envie de faire plein de choses, plein de projets culturels ». Cela nous encourage à continuer et amplifier le mouvement, car développer massivement ce qui marche, n’est-ce pas ce vers où il nous faut tous aller ?

 

Unis-Cité