Tout sur Unis-cité au quotidien
03
Décembre

Une journée dans la peau des volontaires Cinéma & Citoyenneté d’Unis-Cité

Unis-Cité

Jeudi 21 Novembre, presque un mois après le début du service civique, nos volontaires Cinéma et Citoyenneté passent leur première journée entièrement à l’extérieur.

Arborant fièrement leur tenue orange, ils ont pu assister lors de la matinée à la masterclass du critique cinématographique allemand Klaus Eder au siège de l’Institut Européen d’Écologie situé au Cloître des Récollets.

Reçus comme des rois sur de confortables fauteuils, ils ont été sujets à un shooting photo de 10mn au cours desquelles tout le monde a été capturé sous tous les angles.

Après avoir reçu un Tote Bag, la masterclass a enfin pu commencer. (voir photo ci-dessous)

Il commença son discours en nous racontant les étapes de sa vie de critique cinématographique. (l’intervention était en anglais mais d’un niveau accessible pour tous les volontaires).

A l’époque, n’ayant pas notre technologie, lors de festivals, ils devaient se contenter de machines à écrire, et rédiger lesdites critiques le soir avant d’aller dormir pour les vérifier le lendemain.
Tout n’était pas rose, ainsi ils étaient sous pression et devaient regarder les films populaires alors que le plus intéressant se trouvait souvent hors-compétition en festival.

Klaus Eder nous révéla ensuite qu’il n’y a pas de marche à suivre pour devenir critique, qu’il faut simplement écrire régulièrement, c’est l’apprentissage du « Learn by doing » littéralement on apprend en le faisant.

Il nous rappela ensuite que les films étaient fait pour le grand écran, taclant au passage Netflix car les supports de visionnage de la célèbre application sont souvent restreints (beaucoup de jeunes regardent Netflix sur leur smartphone, et vont même jusqu’à effectuer un autre tâche tout en regardant un contenu de la plateforme), et qu’ils étaient eux-même contraints à regarder les dvds ou les fichiers vidéos sur des clés dans leur chambre d’ hôtel de certains films du festival qu’ils ne pouvaient pas voir en salle.

Son conseil suivant fut de lire le plus possible (même si quand un roman était porté à l’écran il préférait découvrir le film de manière vierge et découvrir l’oeuvre originelle ensuite), et de connaître l’histoire du 7e art.

Le British Film Institute lui a un jour demandé d’établir une liste des 10 meilleurs films, il en fut incapable, se restreignant il atteignait tout de même le nombre de 70 ou 80 films.

Il pointa finalement du doigt les critiques qui allaient de réception en réception durant un festival pour cotôyer les acteurs au mépris des projections de presse, comment pouvaient-ils parler d’un film sans l’avoir vu ? Voilà l’incongruité de ce métier.

Les volontaires avaient un quartier libre pour manger ainsi que leur après-midi avant de se rassembler de nouveau le soir.

19h30, Invités pour le début du Festival CinéMaTerre au Klub de Metz (successeur du Palace), ils ont participé à une soirée Vidéastes-Youtubeurs sur le thème de l’écologie.

Pour cette 2e édition du festival, ils ont eu la chance de rencontrer 4 univers assez différents mais qui pouvaient se rejoindre sur certains points, en tout cas ils avaient le même combat, dénoncer et tenter de changer les choses.

L’évènement commença avec une présentation de chacun et une prise de température « Quelle est votre humeur ? » en demandant ensuite à la salle à son tour à laquelle ils s’identifiaient.
Puis chacun put prendre la parole, parlant de son travail avec vidéos YouTube à l’appui, alarmantes mais souvent avec humour et avec toujours une note créative.

Ami des lobbies fut le premier à se jeter à l’eau, les deux acteurs présents sans l’instigateur du programme. Des éclats de rires plus tard, après deux épisodes de leur web-série prenant à contre-pied le public en mettant en scène un lobbyiste et une scientifique corrompue, Hadi Rassi et Laura Flahaut répondirent aux questions des spectateurs avec plaisir.

Les interventions se déroulèrent de la même manière pour les autres, présentation, diffusion de vidéos suivi de commentaires et de questions.

Ce fut le tour de Nicolas Meyrieux, le grenoblois avec un débit de parole incroyable qui après avoir découvert le film Océans, a pris une conscience écologique qui prit une ampleur telle que son projet actuel est de créer un écovillage loin de la société.
Ils ont eu droit à un épisode de sa série La Barbe qui avait pour thème l’Effondrement.
Il a également parodié un late show en interviewant le directeur de l’ECPA.

Arriva le 3e, Bolchegeek, qui à la demande de l’INA, a crée l’émission INApocalypse, donnant un sens aux archives de la plus grande base de données télévisuelles françaises dans un monde apocalyptique.

La soirée se finit avec le capitaine du Nexus VI, les volontaires furent plongés en pleine science-fiction avec ce fameux personnage accompagné de l’autre youtubeur Dirty Biology pour un court-métrage où sous une menace extraterrestre ces deux compères durent trouver des solutions à la surpopulation.
Ce fut une fois de plus un échange vitaminé qui suivit la diffusion de cette dernière vidéo.

Les volontaires sont ressortis requinqués de cette journée enrichissante et attendent avec impatience les autres journées de ce type.

Sortie