Tout sur Unis-cité au quotidien
03
Mars

Alain Régnier, Délégué Interministériel chargé de l’Accueil et l’Intégration des Réfugiés, qui fait des volontaires du Service civique l’un des fers de lance de son action.

Unis-Cité
« L’immersion dans la société par le biais du Service civique est incommensurable ! »

 

Le 11 février 2020, au Musée national de l’histoire de l’immigration (Porte Dorée, à Paris), la DIAIR fêtait la 1ère bougie du programme Volont’R, qui propose aux jeunes (dont 1/3 de réfugiés avec un programme aménagé pour améliorer leur connaissance de la langue et la culture françaises) de s’engager dans un Service civique consacré aux populations réfugiées. Une centaine de jeunes volontaires de ce programme étaient présents.

 

Pourquoi avez-vous fait appel aux jeunes du Service Civique dans le cadre du travail de la Délégation interministérielle pour les réfugiés ?

J’ai toujours considéré que le projet du Service Civique, et dès 1995 le projet d’Unis-Cité en particulier, était un projet de société visant à promouvoir l’engagement des jeunes en les aidant à être utiles, à donner du sens, avec pour objectif de préserver la cohésion sociale. Dès mon arrivée à la tête de la Délégation, je me suis donc rapproché de l’ASC, en proposant de permettre à 2000 jeunes de s’engager sur la thématique des réfugiés. Une partie concernant des jeunes français (1500), pour qu’ils apportent leur aide et leur soutien aux populations réfugiées, et l’autre concernant des jeunes réfugiés (500) pour que, s’engageant eux aussi en Service civique, on leur donne en plus la possibilité de mieux s’insérer dans la société française. J’ai opté pour un programme national, intitulé Volont’R, pour la mise en œuvre duquel nous avons retenu 2 associations, la Ligue de l’Enseignement et Unis-Cité, et un duo d’associations, Concordia et Solidarité Jeunesse.

 

Quel bilan tirez-vous de la journée-anniversaire du 11 février, organisée avec Unis-Cité ?

Pour fêter la 1ère année du programme, nous avons voulu faire un bilan prospectif, dans un lieu qui ait du sens et dont les jeunes volontaires présents se souviendront. J’ai souhaité qu’Unis-Cité organise cette journée pour y mettre du dynamisme.

Globalement, je suis conforté dans la capacité à intégrer du Service civique pour des jeunes réfugiés. L’après-midi restera mémorable avec une intensité et une émotion rares. L’énergie de ces jeunes nous fait du bien dans un climat souvent pessimiste sur la capacité d’accueil de nos sociétés développées. Cela me renforce dans ma détermination à développer le Service civique dans les prochaines années.

Je tiens aussi à souligner la qualité du travail réalisé par Unis-Cité dans le programme Volont’R, et je donne rendez-vous l’année prochaine, pour les deux ans de ce programme.

 

Comment le programme va-t-il évoluer ?

La mise en relation avec les jeunes réfugiés s’est avérée compliquée. Je ne voulais pas prendre des mineurs, qui nécessitent un accompagnement plus important, mais, pour les jeunes majeurs, notre programme de Service civique entrait en concurrence avec les offres de travail. Nous allons donc ouvrir aux 16-18 ans. Et nous maintenons le nombre de missions proposées à 2000 par an.

L’immersion dans la société par le biais du Service civique est incommensurable, et la rencontre entre les jeunes français et les réfugiés humanise la question de l’immigration. Continuons ensemble à créer des ponts et à briser les murs !

 

La DIAIR : a pour mission de participer à la définition et à l’animation de la politique d’accueil et d’intégration des réfugiés. Ses domaines d’intervention sont : la maîtrise de la langue française ; l’accès au logement (en lien avec la Délégation interministérielle pour l’hébergement et l’accès au logement (Dihal) ; l’accès à l’emploi et à la formation professionnelle ; l’accès aux droits ; la prise en charge sanitaire et sociale ; l’accès à l’éducation et à la culture.

Début 2018, la DIAIR a lancé un appel d’offre pour la mise en œuvre d’un nouveau programme de Service civique axé sur les réfugiés, Volont’R, qui a démarré en octobre 2018.

 

Unis-Cité agit pour les réfugiés depuis fin 2015 : devant les demandes de nombreuses structures d’accueil de réfugiés et l’urgence humanitaire, fin 2015 Unis-Cité a mobilisé en Ile-de-France 25 jeunes volontaires pour les appuyer, puis 25 supplémentaires début 2016. Leur mission : répondre à l’urgence (appui à la distribution de nourriture, couvertures, vêtements…) ; orienter et accompagner les réfugiés dans leurs démarches administratives, santé, etc. ; faciliter leur compréhension de la France ; les aider à apprendre la langue. Plusieurs programmes ont, depuis, été créés par les antennes Unis-Cité régionales, notamment pour accueillir des jeunes réfugiés en tant que volontaires.

Unis-Cité