Tout sur Unis-cité au quotidien
01
Octobre

Les nouveaux ambassadeurs d’Unis-Cité sont arrivés

Unis-Cité
Alexandra et Mohamed veulent défendre le Service Civique pour tous les jeunes !

Alexandra Saad, 26 ans : « L’expérience du Service Civique devrait être une chance offerte au plus grand nombre de jeunes possible… »

J’ai été volontaire du programme « Rêve&Réalise » d’Unis-Cité, au sein d’une équipe d’Argenteuil (Val d’Oise). Ces huit mois ont été extrêmement riches, tellement passionnants que je n’ai plus eu envie de partir. J’ai découvert un univers des possibles où l’entraide, le soutien, la confiance et l’épanouissement ne font qu’un, le tout nourri par la diversité des personnes rencontrées.

Après un master 2 de droit et gestion du monde culturel, j’étais encore en quête d’expérience. Je voulais continuer à apprendre et me lancer de nouveaux défis. J’avais en tête un projet féministe, et souhaitais partir à la découverte des manières dont les femmes à travers le monde s’organisent pour faire avancer leurs droits. Un projet que je savais ambitieux, et dont je ne me sentais pas capable d’assumer seule la réalisation, malgré mes années d’études.

J’ai eu la grande chance de tomber sur l’annonce du « Service Civique d’initiative » qu’est Rêve&Réalise. Ce cadre (et les soutiens qui vont avec) m’a permis non seulement d’initier mon projet sur les femmes, mais aussi de vivre une expérience plus qu’enrichissante d’un point de vue humain, comme professionnel. On m’avait dit de rêver et réaliser, alors je l’ai fait. Munie de ma caméra, je suis partie à la rencontre de personnes actives dans le combat féministe. J’ai enfin osé frapper à des portes, et j’ai été fière d’entendre que l’on avait besoin de projets comme le mien.

Mais, si cette année a été aussi riche, c’est également grâce aux 13 autres volontaires de mon équipe qui avaient chacun leur propre projet. Un bouillonnement incessant d’idées, de convictions, de valeurs, de passions, mais aussi d’actions et de compétences. Ensemble, on a pu permettre à des personnes âgées de se sentir moins isolées, à des jeunes de lutter contre le harcèlement ou de changer leur vision de leur quartier ou les initier à l’archéologie (entre autres évidemment).

J’ai le sentiment aujourd’hui d’avoir acquis les compétences et l’aisance qui me manquaient il y a encore un an. C’est tout cela qui m’a convaincue que l’expérience du Service Civique devrait être une chance offerte au plus grand nombre de jeunes possible. Car se sentir utile, s’ouvrir au monde qui nous entoure, découvrir des personnes que jamais nous n’aurions autrement pu rencontrer, permet de faire des jeunes les citoyens engagés et responsables de demain.

C’est pour ça que j’ai eu envie de continuer l’expérience Unis-Cité. Et je suis très fière aujourd’hui d’être ambassadrice, de pouvoir brandir et défendre haut et fort les valeurs de solidarité et de diversité qui riment avec Unis-Cité !

 Mohamed Ousseni, 23 ans « C’est en étant ensemble que l’on peut réaliser des projets, nous avons tous un rôle à jouer, nous pouvons tous être utiles… »

J’ai grandi à Marseille dans un quartier difficile, Parc Bellevue (ou Félix Pyat). Je suis arrivé à 7 ans de l’ile de Mayotte. Avant Unis-Cité j’étais en licence informatique, mais je me suis rendu compte que ça ne me plaisait pas. Alors j’ai décidé de faire une pause afin de me consacrer un peu plus à la vie active de mon quartier.

J’avais pour projet d’ouvrir un studio d’enregistrement, pour permettre aux habitants de s’exprimer par le biais de la musique. De là, on m’a parlé de la mission de Service Civique « Rêve & Réalise » que propose Unis-Cité. J’ai finalement été pris dans la mission « Intergénéreux » qui vise à rompre l’isolement des personnes âgées.

Au début j’étais révolté, car je ne comprenais pas comment on peut abandonner une personne, encore moins un membre de sa famille et encore moins un grand-parent. Ce sentiment de révolte était le moteur de ma motivation, ce qui a fait que j’étais toujours à fond pendant mon Service Civique.

Le fait de voir la vieille dame que l’on suivait nous sourire, nous remercier et reprendre goût à la vie. Après avoir partagé ces moments de joie (oui, on rigolait beaucoup !), ça a transformé le sentiment de révolte qui m’animait en sentiment de fierté. Ça m’a fait comprendre que ce n’est pas parce que les autres ne le font pas que nous ne pouvons pas le faire.

Je suis fier d’avoir donné un peu de mon temps pour rendre visite à cette dame. Cette expérience m’a beaucoup apporté en termes humains, ça m’a motivé à être acteur et à plus m’investir dans la vie de mon quartier.

J’ai voulu être ambassadeur d’Unis-Cité parce que je voulais transmettre plusieurs messages : 1- peu importe leur milieu social les jeunes peuvent s’engager, être acteurs de la société, 2- c’est en étant ensemble que l’on peut réaliser des projets, nous avons tous un rôle à jouer, nous pouvons tous être utiles, 3- (celui qui me motive le plus) ce n’est pas parce que l’on vient d’un « quartier » qu’on ne peut pas occuper un poste à haute responsabilité.

Si je peux être une source de motivation pour les jeunes issus de milieux défavorisés, alors c’est fort que je porterai ces messages. Après mon Service Civique, je suis convaincu que notre force réside dans la diversité que peut offrir la société.

Unis-Cité