Tout sur Unis-cité au quotidien
07
Avril

Témoignages de jeunes engagés pour rompre, même à distance, l’isolement des séniors confinés.

Unis-Cité
Clara, Nolan et Lolita veulent qu’ «ils sachent qu’on pense à eux» et se sentent utiles, même au téléphone.

 

Nolann Nicolas, 22 ans, en Service Civique avec Unis-Cité à Angers, raconte : « J’appelle les personnes âgées 1 fois par semaine pendant environ 1 heure ».

Ma mission normale est « Intergénéreux » : on effectue des visites de convivialité à sept personnes âgées différentes pour une durée de 2 heures par visite, afin de leur proposer des activités qui leur font plaisir et qu’elles ne peuvent pas réaliser toutes seules : jeux de sociétés, petite promenade, discussions.

Suite au confinement, j’agis de mon domicile par « télé-travail ». J’appelle les personnes âgées 1 fois par semaine pendant environ 1 heure afin de prendre de leurs nouvelles, de discuter et de garder un contact régulier avec elles, leur montrer que l’on est toujours présent malgré le confinement. Avec chacun des bénéficiaires, on a fixé l’heure et le jour où je les appelle chaque semaine, ce qui leur permet de savoir à l’avance. Ils me disent souvent qu’ils sont très contents des appels, que ça égaye un peu leur journée.

Moi, je me sens tout de même utile, malgré tout. Je trouve que c’est indispensable d’assurer cet appel au moins une fois par semaine, pour maintenir le contact ».

 

Clara Gomez, 24 ans, volontaire à Unis-Cité Angers : « Il est important qu’on continue de les contacter chaque semaine, qu’ils sachent qu’on pense à eux ».

Ma mission de Service civique « initiale » : je fais partie du programme Silver Geek qui veut faire découvrir le numérique aux seniors de manière ludique. Concrètement, avec mes trois coéquipiers nous allons dans trois résidences pour personnes âgées et on organise des animations, surtout numériques. On dispose de tablettes et d’une console Wii. Ces derniers mois, on faisait surtout du Wii bowling, pour préparer le Trophée des Seniors (concours dans toute la France). Pour les animations, on a toujours un petit groupe d’habitués, mais on essaye de motiver de nouvelles personnes. Ce sont en général des supers moments, où tout le monde s’encourage et où on met de l’ambiance.

En plus de ces animations, dans les maisons de retraite, on rend aussi visite aux résidents qui le veulent dans leur chambre : une demi-heure à discuter ou faire des jeux.

Ma mission réadaptée : Notre objectif est de garder le lien avec les personnes âgées qu’on allait voir. Ce n’est pas évident car certains animateurs des résidences, avec qui on communique d’habitude, n’y vont plus non plus. Pour l’instant, on envoie une carte postale à chacun chaque semaine. On essaye de récupérer les numéros de téléphone de ceux qui en ont, pour ensuite les appeler régulièrement. Et on met en place des skypes avec eux, avec le soutien de l’animateur sur place quand il est disponible.

(…) Je suis un peu inquiète et triste de les imaginer confinés sans visite. Il est important qu’on continue de les contacter chaque semaine, qu’ils sachent qu’on pense à eux. Avec le confinement, j’ai l’impression que ça nous montre encore plus que notre mission est utile ».

 

Lolita Baster, 18 ans, volontaire à Unis-Cité Angers : « la mission est devenue un peu compliquée, mais je ne me démotive pas ! ».

« Ma mission de service civique initiale était de réduire l’isolement des personnes âgées isolées, en leur faisant des visites de convivialités à domicile, en les aidant à utiliser les transports en commun (bus et tramways), en leur proposant des temps d’échanges, des jeux de société, des petites sorties autour de chez eux, par exemple.

Avec le confinement, cette mission est devenue un peu compliquée, mais je ne me démotive pas pour autant. J’appelle les personnes âgées chez qui j’allais avant, 1 jour sur 2, pour prendre régulièrement de leurs nouvelles, savoir s’ils/elles ne manquent de rien, chercher des solutions à leurs problèmes, et les rassurer si besoin.

C’est important de garder un lien téléphonique, car eux/elles et moi, avons créé un lien et c’est important de le préserver. Et puis cela leur permet aussi de ne pas se sentir seuls et d’être rassurés de ne pas être oubliés de ce moment compliqué.

Nous avons également pensé à mettre en place des appels vidéo, grâce à des applications telles que Skype ou Whatsapp, mais la technologie reste toujours compliquée pour ce public et nous ne pouvons pas correctement leur expliquer le fonctionnement à distance. Cette idée reste donc à améliorer et à réfléchir.

Je suis heureuse de pouvoir apporter du soutien aux personnes âgées que je suis depuis le début de mon Service civique, et de me sentir utile en continuant malgré tout ma mission ».

Unis-Cité